EPISCENE – QUATRE QUESTIONS A OLIVIA SERRE

Épiscène est le programme d’actions du cluster MA Sphère qui mobilise et accompagne les entreprises culturelles vers plus d’égalité professionnelle. L’ARACT Occitanie et Artémisia accompagnent : le GE OPEP, le Théâtre du Grand Rond, la Compagnie d’Elles, Lo Bolegason, un service de la Ville de Toulouse et ABC Actions Culturelles.

Nous avons posé quelques questions à Olivia Serre, directrice du Groupement d’Employeurs OPEP, sur son implication dans ce projet.

 

Pourquoi s’engager dans un projet d’accompagnement à l’égalité pro ?

 

Le cœur d‘activité du groupement d’employeurs est d’organiser le partage de l’emploi entre des structures culturelles qui mutualisent des compétences. Notre mission, en tant qu’employeur, c’est la gestion des ressources humaines et l’accompagnement des salarié.e.s pour une meilleure sécurisation de leur emploi.C’est aussi conseiller les responsables des structures adhérentes en matière de RH et de management. La question de l’égalité professionnelle est au cœur de tout cela. Le GE est un dispositif innovant dans le secteur culturel, toujours prêt à explorer les pistes qui permettent de sécuriser un peu plus les parcours des personnes. Participer à Episcène a nourri toute cette activité et nos réflexions.

 

Avez-vous découvert des inégalités auxquelles vous ne vous attendiez pas dans le secteur culturel ?

 

Auxquelles je ne m’attendais pas, non. Mais l’importance des écarts apparus dans l’enquête m’a surprise. J’ai été étonnée que les inégalités apparaissent de manière aussi tangible. Cela a également mis en écho la réalité du GE : 85% des salarié.e.s sont des femmes. Je me demande si cela corrobore le fait que les femmes sont plus touchées par la précarité et doivent plus que les hommes avoir recours à des dispositifs de mutualisation pour construire leur vie professionnelle.

 

Aujourd’hui quels sont les freins pour aller vers plus d’égalité ?

 

Certainement les résistances auxquelles on se confronte, qui se manifestent de façon plus ou moins affirmée. Le rejet de l’écriture inclusive par exemple, qui est critiquée avant même d’avoir vraiment été expérimentée !

 

Est-ce que vous envisagez aller plus loin ?

 

Oui, le GE OPEP poursuit actuellement cette démarche sur les questions de l’égalité professionnelle, en sensibilisant nos adhérents à ces questions, en participant à la création d’un groupe de référent.e.s égalité avec l’ARACT Occitanie, toujours dans le cadre d’Episcène.